You are currently browsing the tag archive for the ‘rue de bretagne’ tag.

On ne peut pas tout à fait s’autoproclamer Bobo Parisien si l’on n’est pas allé déjeuner au Marché des Enfants Rouges. Ça va faire des déçus, mais on n’a rien sans rien.

Parce que se rendre au Marché des Enfants Rouges le premier jour de grand beau temps, quand tout le monde a la même idée que soi, ça demande un flegme rehaussé d’un poil de naïveté béate : En attendant de trouver une table qui se libère, il faut avoir de la ressource pour s’étonner et se réétonner (et se reréétonner) devant tous les stands.

A vrai dire, ce n’est pas trop dur… Et puis c’est plutôt sympa et bon enfant (ah ah) comme ambiance. On est quand même dans une place historique de Paris ! Le marché est le plus vieux de la capitale, il date de 1615. Au départ, il avait plutôt un air de ferme avec sa halle en bois, son puits et son étable, mais il a bien soulagé les habitants du quartier. Car au XVIe siècle, la ville s’arrête aux environs de la place de la République. La croissance démographique est forte, les maisons se mettent à pousser comme des champignons dans ce qui est aujourd’hui le Marais. Du coup, il faut un marché pour alimenter la population : c’est Louis XIII qui en prend l’initiative.

Aujourd’hui, point d’étable ni de puits, mais des marchands de légumes, de poisson, de photos anciennes, de fleurs, des bouchers… et beaucoup de petits restaurateurs de tous horizons : libanais, italien, marocain, afro-antillais et d’autres encore, sans compter l’Estaminet, le seul restau « en dur » du marché.

Ne vous arrêtez pas aux grilles que vous pouvez croisez dans ces lieux : en passant derrière et en fouillant un peu, vous trouverez un tout petit square avec quelques jeux d’enfants, et surtout un magnifique jardin associatif, tenu par des habitants du quartier. Loin du brouhaha du marché alors qu’ils sont pourtant à quelques mètres des premières tables, ces sacrés chanceux s’organisent des pique-nique entre collègues d’arrosoirs et accueillent volontiers le curieux qui désire jeter un œil à leurs magnifiques plantations.

Il y a un ou deux siècles, à la place du potager, il y avait une « vacherie » qu’on appelait aussi « Laiterie des Enfants Rouges » : les 12 vaches qui vivaient ici avaient la lourde tâche de procurer du lait à tout le quartier. Cette vacherie a existé jusqu’en 1914, avant d’être transformée bien des années plus tard en petit paradis pour Parisien en manque de verdure.

Y’a pas à dire, ils méritent vraiment le titre de « Bobos en chef ». Mes deux bacs à fleurs sur le rebord de la fenêtre m’ont fait pitié, d’un coup.

Et si le Marché des Enfants Rouges a fermé pendant 6 ans avant d’être rouvert en 2000, on peut dire que sa réhabilitation est plutôt réussie : bravo aux habitants du quartier qui ont milité pour ça…

Truc utile : Le marché se trouve très exactement au 39 rue de Bretagne ; il est ouvert du mardi au jeudi de 9h à 14h et de 16h à 20h, les vendredi et samedi de 9h à 20h, et le dimanche de 9h à 14h.

Supplément crânerie : Au départ, il s’appelait « Le Petit Marché du Marais », mais comme il grossit sous l’effet de la demande, le terme « petit » dégage fissa pour laisser place au « Marché du Marais du Temple ». C’est au XVIIIe siècle que les halles deviennent le « Marché des Enfants Rouges », en souvenir d’un orphelinat proche qui recueillait les enfants trouvés. Les gamins, pour qu’on les reconnaisse et en signe de charité chrétienne, portaient des habits rouges…

Paris en Livres

Cliquez sur le livre pour le retrouver chez Amazon

Lire l'article ici

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 14 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :