You are currently browsing the tag archive for the ‘catacombes’ tag.

(et oui, on ne peut que… crâner, ici-bas !)

Paris 023

Il était une fois un cimetière dit « des Innocents » situé au coeur de Paris : au niveau des Halles actuelles. Pendant près de 10 siècles, les dépouilles de parisiens s’y accumulèrent, jusqu’au fatidique jour où ce cimetière devint une telle source d’infections pour les habitants qu’il fallut l’évacuer.

Mais alors, où placer tous ces ossements ?

Paris 020

Pardi mais c’est bien sûr ! Dans les anciennes carrières de calcaire !

Car le Paris souterrain est un véritable gruyère. Voyez un peu : plus de 300 km de galeries furent creusées pour récupérer calcaire et gypse, et cela sur trois niveaux. Ajoutez à cela les égouts et le métro… Mais à l’époque, en 1786, seules les carrières existaient et un problème commençait à se poser : à force de creuser, certaines parties fragilisées provoquaient l’effondrement du sol à la surface. Ces carrières furent donc consolidées. Et comme la nature a horreur du vide, les longs tunnels sous la capitale furent très vite convertis en ossuaire municipal.

Paris 014

Durant près de deux ans, tous les soirs à la tombée de la nuit, une procession de prêtres accompagna les ossements rapportés depuis le cimetière en chantant l’office des morts. Drôle d’ambiance dans Paris… Petit à petit, 6 millions de parisiens se retrouvèrent rangés proprement dans les catacombes : tous les cimetières furent débarrassés de leurs vieux crânes.

Paris 026

Louis-Etienne-François Héricart de Thury, inspecteur général des carrières en charge du projet d’aménagement des catacombes, avait le goût de la mise en scène. Aussi décida-t-il d’agencer savamment tibias et crânes le long des galeries, en accompagnant le macabre parcours de 80 citations.

Paris 034

La visite, 20 mètres sous la surface, commence par un long parcours d’environ 1km dans un tunnel avant de côtoyer nos ancêtres sur près d’un autre kilomètre. Sensations garanties… quoiqu’on finisse par s’habituer à la « déco » sur la longueur !

Supplément crânerie : Ceci est la visite officielle. Mais des petits malins, appelés « cataphiles », préfèrent les visites non autorisées. Depuis des puits d’accès sur la voie publique, des souterrains partant au niveau des caves ou du réseau de transport, ces drôles de personnes parcourent un « monde parallèle ». La folie des expéditions souterraines a démarré dans les années 1960, et figurez-vous qu’il existe même, depuis les années 80, une brigade sportive de la police nationale chargée de patrouiller dans les boyaux ! Et même qu’ils distribuent des amendes de 38€ s’ils vous y croisent (si ce n’est une comparution en correctionnelle)… Toutes les informations sur ces groupes sont facilement accessibles en tapant « catacombes paris » dans un moteur de recherche.

Trucs utiles : Les catacombes sont prises d’assaut en période touristique. Evitez le dimanche et les jours fériés car il faut attendre l’évacuation des visiteurs pour entrer, puisque les catacombes n’accueillent jamais plus de 200 personnes à la fois. Ah, et prévoyez la petite laine, il fait 14° ici-bas ! Pour terminer, inutile de rapporter un crâne comme souvenir de la visite : à la sortie, un garde fait ouvrir tous les sacs à dos pour vérifier leur contenu. Vu le nombre d’os et de crânes « du jour » déposés à côté de lui, nombreux sont les fans du style gothique !

http://www.catacombes-de-paris.fr/

Publicités

Paris en Livres

Cliquez sur le livre pour le retrouver chez Amazon

Lire l'article ici

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 14 autres abonnés

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :