You are currently browsing the tag archive for the ‘aïda’ tag.

Si vos origines campagnardes et l’air chargé de méthane vous manquent, courrez-y. Pour le non-professionnel, le Salon de l’agriculture s’apparente à un immense parc d’attractions pour adultes : concours de beauté pour vaches, cochons et autres moutons, des milliers de mètres carrés de stands exposant les meilleurs produits et vins français, et des régions qui cherchent à se vendre à tout prix, en organisant par exemple des jeux de l’oie où il faut récolter les indices pour gagner un cadeau. Le tout parsemé de dégustations gratuites, de cours sur la bière, le vin, la saucisse de Morteau etc.

On y admire les plus beaux spécimens français et étrangers, des vaches de plus de 1200 kg, des taureaux et des moutons couillus comme on n’aurait jamais cru (avec la laine jusque là, pour les moutons : on les tond ici aussi ?), et des éleveurs des plus attentionnés…

…qui étanchent la soif de leurs vaches au coca (si si, pour de vrai)…

…pendant que les copines se gaussent d’être exposées juste devant le stand Mc Donald’s, qui à défaut d’oser vendre des hamburgers au sein des producteurs et éleveurs français, arbore juste des pommes et des tomates-cerises pour vanter les qualités nutritionnelles de ses menus. Véridique, encore une fois.

Une humeur bon enfant chez les visiteurs comme chez les exploitants agricoles, qui masque bien au chaland le malaise de la profession… Qui d’entre-nous, aujourd’hui, accepterait de se lever à 5h tous les jours pour traire les vaches, n’avoir aucun week-end parce qu’une vache ça ne s’arrête pas de produire ou de manger le dimanche, et s’octroyer haut la main deux semaines de vacances à tout casser quand on trouve un collègue pour s’occuper du cheptel ? Et pour ça, gagner bien moins que le smic horaire (en faisant 15h par jour). Travailler plus pour quoi déjà ?

Supplément crânerie : Aïda, la vache dont on voit le museau humide en gros plan sur les affiches dans tout Paris, a été soigneusement préparée à sa venue en tant que « guest star » pour l’édition 2010. Son propriétaire l’a habituée au bruit pendant trois semaines, en la faisant vivre avec la radio à fond, bloquée sur les commentaires de foot ! Avec un nom pareil on se serait attendu à ce qu’elle écoute du Verdi, pourtant !

Renseignements : www.salonagriculture.com

(photos signées de l’illustre créateur de mille choses à Londres, Fabien Benoit)

Paris en Livres

Cliquez sur le livre pour le retrouver chez Amazon

Lire l'article ici

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 14 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :